FLASH INFOS ZONE

►Faites un DON pour la création de notre Société Coopérative d'Intérêt Collectif ! Merci ♥ ►Découvrez ZOneFR.com | L'AGORA Numérique Francophone ►Découvrez ZOneTUBE.fr - La plateforme vidéo de la ZOne

Campagne de dons

Amis lecteurs de Médiazone, vous qui nous lisez, qui nous appréciez et diffusez nos articles et les informations que nous publions, vous qui êtes attachés à la liberté et à la vérité, vous avec qui nous partageons les mêmes combats, vous qui nous encouragez chaque jour à continuer la lutte contre les médias de la propagande et de la désinformation, nous avons besoin de vous pour faire grandir ZOneFR et son espace Médiazone. En participant même un peu, vous permettrez au seul réseau social francophone existant, d'être l'alternative aux réseaux américains qui étouffent la parole libre et la censurent massivement. Nous comptons sur votre soutien. Merci.

Je participe

La mafia médicale : Sommes-nous Tous Fous ?

Chaque année, nous consacrons trois mois et demi de notre salaire uniquement pour payer notre assurance maladie. Trois mois et demi de travail pour avoir le privilège d'être malade.

Publié il y a  2,552 Vues Actualisé il y a 18 jours

Le symptôme qui amène le patient à consulter est sa douleur. Si on lui donne un médicament pour le soulager, la douleur disparaîtra, mais le mal réapparaîtra dès que l'effet du médicament sera dissipé. Comme on n'a pas remédié à la cause du mal, ce dernier reviendra de plus en plus fort et de plus en plus fréquemment. 

En 2010, on comptait en France : 5 millions de patients sous antidépresseurs, 130 millions de boîtes d’hypnotiques, anxiolytiques et antidépresseurs, causant des troubles du comportement, de la mémoire, de désinhibitions dangereuses, de dépendance. On dénombre 13.000 psychiatres, dont 6.000 dans les hôpitaux publics, des milliers de psychologues et de psychanalystes non-médecins.

Les patients représenteraient : 600.000 schizophrènes, 600.000 « troubles bipolaires » (alternances de dépression et d’excitation, dont les plus graves constituent le cadre ancien des « maniaco-dépressifs »), 1.500.000 TOC (troubles obsessionnels compulsifs), des dizaines de millions de déprimés, et pour tous des définitions subjectives, des frontières mal limitées entre normalité et anormalité, entre psychoses et névroses, et entre les maladies psychotiques elles-mêmes, et, pour tous, le poids des facteurs affectifs, émotionnels, culturels, sociaux et économiques.

Que valent les diagnostics psychiatriques, et jusqu’à quel point ces psychotropes sont-ils sans danger : voici le dessous de l’alliance entre la psychiatrie et les firmes pharmaceutiques qui leur a permis de réaliser plus de 80 milliards de dollars de ventes de psychotropes à un public qui ne se doute de rien. Mais les apparences sont trompeuses. Le documentaire, ci-dessous, révèle les faits derrière le vernis social d’un marketing habile et soi-disant scientifique qui dissimule une campagne de vente de produits dangereux et parfois fatals

 

 

 

Extraits de « La mafia médicale » (Ghislaine Lanctôt)

"En 1977, la Déclaration d'Alma Ata donnait à l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) le moyen d'étendre le "Rapport Flexner", non plus seulement à l'Amérique du Nord, mais au monde entier. On déplaça ainsi le contrôle de la santé des mains des gouvernements nationaux vers le gouvernement mondial. On déposséda les pays de leur souveraineté, en matière médicale et on la transféra à un gouvernement mondial, non élu, dont le ministère de la santé est l'OMS. Mais qui est donc à la tête de l'OMS ? Nul autre que nos financiers mondiaux et les responsables du "Rapport Flexner" (Rockefeller et les industries pharmaceutiques). Et que signifie le droit à la santé ? Il signifie le droit à la médicalisation. C'est la porte grande ouverte à la médecine de maladie mondiale, qu'on le veuille ou non. Ainsi, on impose les vaccinations et les médicaments à toutes les populations du globe." [...]

"Qui oserait douter des bonnes intentions de l'OMS ? Mais nous sommes-nous déjà demandés qui contrôlait l'OMS ? Là est la question et aussi la réponse : l'ONU, l'organisme des financiers mondiaux. De plus en plus subtilement, les autorités médicales et politiques nous dépossèdent de nos biens et de nos droits et nous mutilent. C'est un monopole mondial. Gare à qui s'y oppose. L'inquisition continue... et la chasse aux sorcières se poursuit au 21e siècle, mondialement." [...]

"La médecine scientifique fait disparaître le symptôme et le signe, c'est-à-dire la manifestation dans le corps physique de la maladie. Elle ne guérit pas. Elle ne fait que couper la pointe de l'iceberg. Elle donne l'illusion de la guérison." [...]

"La peur paralyse la conscience. Elle rend aveugle et impuissant. Or la peur augmente continuellement dans notre société avec la criminalité, les pertes d'emploi, les faillites, la récession, la maladie, les guerres, etc. La peur est le véhicule de la maladie."

"Pourquoi la mafia jouit-elle de la protection des puissants, des autorités financières, politiques, religieuses ? C'est parce que le gouvernement est aussi une mafia. Le tandem mafia-gouvernement est vieux comme le monde. Le premier veut l'argent, le deuxième veut le pouvoir."

"Le seul véritable pouvoir, le seul qui soit légitime, qui ait le droit d'existence, c'est le pouvoir de chaque personne, la souveraineté de l'individu. Toute autre souveraineté, y compris celle du gouvernement, est une usurpation de pouvoir."

"En démocratie, nous sommes persuadés que nous détenons le pouvoir décisionnel via le suffrage universel. Avons-nous réfléchi à ce que représente la démocratie dans laquelle nous vivons ? Elle consiste à mettre un X tous les cinq ans à côté d'un des noms déjà choisis par les autorités établies. C'est cela vivre en pays démocratique ! Il serait temps de constater le résultat de ce régime : guerres, famines, maladies et pauvreté en conséquence de l'exploitation et la domination de la majorité par la minorité." [...]

 

La tactique de la mafia médicale :

  1. Surveiller les intérêts des multinationales industrielles et ne rien faire tant qu'ils ne sont pas menacés.
  2. Interdire toute thérapie, personne ou produit qui, en améliorant la santé, puisse menacer les profits des multinationales industrielles, toujours au nom du charlatanisme et de la protection du public. Commencer la chasse aux sorcières. La mafia manipule les lois à volonté. Elle est très à l'aise avec les poursuites judiciaires.
  3. Récupérer la thérapie sous son aile et la contrôler entièrement si ces mesures ne suffisent pas à stopper la concurrence qui pourrait menacer les multinationales industrielles. Le charlatanisme d'hier devient alors bienfait d'aujourd'hui sous la protection de la mafia.
  4. Faire tranquillement basculer la thérapie vers la technologie scientifique par le biais du contrôle de la formation et des modalités de la pratique. 

"Ce même partenariat industrie-gouvernement se retrouve à l'échelle mondiale. Il est le produit du gouvernement mondial : l'Onu. Le parrain mondial c'est le financier mondial qui investit dans tous les domaines pour faire des profits. Son slogan est le suivant : «plus il y a de patients, plus ils sont malades souvent, plus ils sont malades longtemps, plus c'est payant» Pour le concrétiser plus rapidement, il empoisonne les aliments (agro-alimentaire) et pollue la terre, l'eau et l'air (industries chimiques)."

"L'OMS (l'Organisation Mondiale de la Santé) est le ministère mondial de la santé. Elle est mariée aux financiers mondiaux. Son allégeance lui est entière et exclusive. Comme toute bonne mère, elle passe pour une bonne personne, soucieuse du bien-être de tous.

Elle donne l'impression d'être au-dessus des mesquineries et étroitesse des gouvernements nationaux. Elle soutien les médecines douces. Mais la «santé pour tous», version OMS implique médicalisation et vaccination pour tous. C'est-à-dire la maladie pour tous."

 

"Vacciner c'est remplacer une immunité naturelle par une immunité artificielle."

"Les commanditaires de la conférence d'Alma Ata étaient les suivants : la Fondation Rockefeller, la Banque Mondiale et l'Unicef. Les financiers du monde sponsorisant la santé du monde, quelle générosité..."

"Sachons que 45 % des fonds de l'Unicef sont affectés à la vaccination des pays du tiers-monde, tandis que seulement 17 % sont consacrés à l'eau et à l'assainissement. Les enfants du tiers-monde ont besoin d'eau propre et de nourriture et non d'agents agressifs qui les font mourir comme des mouches."

"Pour atteindre son objectif louable de la «santé pour tous en l'an 2000» sainte OMS préconise la vaccination de tous les enfants du monde contre six maladies. Elle lance son Programme Élargi de Vaccination. Un comité pour vacciner les enfants du monde est alors constitué avec Robert McNamara, ancien président de la Banque Mondiale, Jonas Salk, directeur du Salk Institute (fabricant de vaccins) et Van den Hoven, président d'Unilever..." [...]

"L'Unicef est encouragée, dans sa noble aventure, par la fondation Mérieux (qui possède 30 % du marché mondial de la fabrication des vaccins) et l'Institut Pasteur. Quelle générosité..." [...]

"En 1989, pour imposer aux enfants les programmes de vaccination et vaincre les résistances et les oppositions d'adultes récalcitrants, sainte OMS va chercher des outils contraignants. Toujours pour le bien des enfants évidemment, elle fait adopter par l'Onu, la Convention des Droits de l'Enfant :

  1. Établit la notion de citoyenneté de l'enfant.
  2. Remplace le droit d'autorité des parents par un devoir d'obéissance aux autorités administratives.
  3. Autorise les autorités à séparer un enfant de parents négligents."

"Cette convention permet aux autorités d'imposer par la force, contre le gré des parents :

  1. Les vaccins aux opposants à la vaccination.
  2. La médecine scientifique aux adeptes de la médecine douce.
  3. Les traitements médicamenteux sévères à ceux qui les refusent (tel l'AZT pour le Sida, ou la chimiothérapie pour les cancers, par exemple)."

"Ce ne sont ni les parents, ni les enfants, ni les patients, ni les médecins, ni les autorités de notre pays qui contrôlent notre santé, mais bien les financiers mondiaux, cachés derrière la toute vénérée et respectée sainte OMS".

"Répétée, la vaccination épuise le système immunitaire. Elle confère une sécurité trompeuse, puisqu'elle ouvre toute grande la porte à toutes les maladies, notamment aux maladies du Sida qui ne peut se développer que sur un terrain immunitaire perturbé. [...]

"La vaccination encourage la dépendance médicale et renforce la croyance en l'inefficacité de notre système immunitaire. Elle crée des assistés permanents. Elle remplace la confiance en soi par la confiance aveugle en l'extérieur."

"Le vaccin de l'hépatite B est fabriqué par manipulation génétique : il est donc beaucoup plus dangereux que le vaccin traditionnel parce qu'il inocule dans l'organisme des cellules étrangères à son code génétique. Ce vaccin, produit à partir de virus cultivé sur des ovaires de hamster chinois, est réputé pour occasionner de la fibromyalgie et la sclérose en plaque. Malgré cela, il jouit d'une grande popularité auprès des autorités qui l'imposent d'abord par la force à tous ceux qui travaillent dans le domaine de la santé, puis au reste de la population (ndlr : en Afrique)." [...]

"En 1988, au cours d'une interview à la radio, un ambassadeur du Sénégal rapportait les ravages du Sida dans son pays où des villages entiers sont décimés. Quelques années auparavant, des équipes scientifiques et médicales étaient venues vacciner leurs habitants contre l'hépatite B. La maladie touchait les personnes vaccinées..." [...]

"En 1978, on procéda aux essais d'un nouveau vaccin sur les homosexuels de New York et, en 1980 sur ceux de San Francisco, Los Angeles, Denver, Chicago et Saint-Louis. Ce «nouveau vaccin» officiellement contre l'hépatite B, causa la mort par le Sida de plusieurs d'entre eux, comme nous le savons maintenant. Le programme de vaccination des homosexuels contre l'hépatite B était commandé par l'OMS et le National Institut of Health." [...]

"Non contentes de nous avoir inculqué la croyance selon laquelle les vaccinations sont efficaces et inoffensives, les autorités entretiennent une autre légende tout aussi dépourvu de fondement : les vaccinations auraient enrayé les grandes épidémies. Or, les épidémies avaient presque entièrement disparu quand les vaccins sont apparus sur le marché. Les livres sur les vaccins (non écrits par l'establishment) démontrent que la régression des grandes maladies est due à l'amélioration des conditions de vie, et notamment l'hygiène." [...]

 

"Dès le moment où le patient exerce son pouvoir décisionnel, il reprend le contrôle de son argent et de sa santé et cesse de nourrir le système de maladie, la médecine «scientifique». Faute de nourriture, le système établi s'éteint. Sans argent, plus de système." [...]

"Qui sont-ils ceux qui se prétendent nos supérieurs ? De quel droit s'imposent-ils pour décider ce qui est bon pour nous ? Personne, absolument personne, n'a le droit de décider pour nous, ni de nous juger. Ne laissons personne usurper notre droit fondamental d'autogestion et de libre choix." [...]

"À force de remettre notre autorité individuelle entre les mains des autres, nous avons donné naissance aux monstruosités gouvernementales qui nous régentent aujourd'hui. Des technocrates qui ne connaissent que des chiffres et des théories prennent des décisions au sujet de notre santé. Nous ne pouvions faire pire. Et ils le savent. Pour continuer de garder leur pouvoir, ils sèment la zizanie entre nous. Pendant que nous sommes occupés à nous disputer entre nous, ils continuent de faire la pluie et le beau temps avec notre santé et notre argent." [...]

"Réalisons que la cuirasse de l'ennemi est faite de papier : les billets de banque que nous lui fournissons docilement et quotidiennement. Son pouvoir réside dans l'argent que nous lui donnons. Si nous cessons de nourrir la bête, elle mourra de faim, tout simplement et disparaîtra."

"Jamais d'armes ni de sang. Les autorités sont passées maîtres dans l'art de nous faire battre entre nous. C'est leur tactique préférée. Ne tombons pas dans le panneau. Rappelons-nous toujours qui est notre ennemi. Ne tapons surtout pas sur la tête de nos soeurs et frères, fussent-ils de race, de religion ou d'allégeance différente."

"Capitalisme, socialisme, communisme, islamisme, libéralisme sont tous des régimes identiques. Seule l'étiquette varie. Tous ces régimes ont un dénominateur commun : le contrôle de la majorité par une minorité. Le pouvoir entre les mains d'une bande de privilégiés qui font passer les lois nécessaires au maintien de leurs privilèges.

"La sécurité est une illusion que l'on implante dans la tête des gens pour les contrôler, les exploiter et s'enrichir à leurs dépens. La sécurité n'existe pas. Regardons les fleurs : elles naissent, s'épanouissent, fanent, meurent... Puis elles renaissent. C'est cela vivre. Des fleurs en sécurité s'appellent des fleurs séchées. Elles sont belles toute l'année, elles ne risquent rien. Mais elles sont mortes. La sécurité c'est la mort des individus."

 


Votre réaction?

30
LOVED
0
LOL
0
FUNNY
0
PURE
0
AW
0
BAD!
0
OMG!
0
EEW
10
ANGRY
0 Commentaires