FLASH INFOS ZONE

►Faites un DON pour la création de notre Société Coopérative d'Intérêt Collectif ! Merci ♥ ►Découvrez ZOneFR.com | L'AGORA Numérique Francophone ►Découvrez ZOneTUBE.fr - La plateforme vidéo de la ZOne

Campagne de dons

Amis lecteurs de Médiazone, vous qui nous lisez, qui nous appréciez et diffusez nos articles et les informations que nous publions, vous qui êtes attachés à la liberté et à la vérité, vous avec qui nous partageons les mêmes combats, vous qui nous encouragez chaque jour à continuer la lutte contre les médias de la propagande et de la désinformation, nous avons besoin de vous pour faire grandir ZOneFR et son espace Médiazone. En participant même un peu, vous permettrez au seul réseau social francophone existant, d'être l'alternative aux réseaux américains qui étouffent la parole libre et la censurent massivement. Nous comptons sur votre soutien. Merci.

Je participe

La planète sous hypnose

Même le Dr Fauci, l’incontournable expert médical de Washington, admet que les nouveaux vaccins à ARNm n’empêchent pas de contracter la prétendue maladie ou d’être contaminant. Ce n’est donc pas un vaccin, mais quelque chose d’autre et ils poussent nos enfants à se faire vacciner malgré les recommandations officielles de l’OMS et des autorités médicales nationales.

Publié il y a  2,715 Vues Actualisé il y a 2 mois
Image

Par Christine Deviers-Joncour

Même le Dr Fauci, l’incontournable expert médical de Washington, admet que les nouveaux vaccins à ARNm n’empêchent pas de contracter la prétendue maladie ou d’être contaminant. Ce n’est donc pas un vaccin, mais quelque chose d’autre et ils poussent nos enfants à se faire vacciner malgré les recommandations officielles de l’OMS et des autorités médicales nationales.

Les tests PCR définissent la politique mais ne disent rien sur la présence d’un virus spécifique chez une personne.

A ce jour, aucun laboratoire n’a réussi à isoler des échantillons purs du prétendu virus SRAS-CoV-2 qui serait à l’origine de la maladie COVID-19.

Comment les tests PCR peuvent-ils être calibrés si l’agent pathogène revendiqué n’est pas identifié ?

Si l’économie mondiale a perdu des milliers de milliards de dollars depuis le début de l’année 2020 et ruiné d’innombrables vies sur la base de tests PCR sans valeur et que maintenant la même fraude continue avec un prétendu variant Delta, la conclusion évidente est que certains acteurs très influents utilisent cette peur pour promouvoir des vaccins génétiques expérimentaux qui n’ont jamais été testés à grande échelle sur des humains, ni sur des animaux.

1 960 607 conséquences médicales ont été signalées, dont 50 % graves, notamment des caillots sanguins, des crises cardiaques, des irrégularités menstruelles, des paralysies, toutes consécutives à une injection d’ARNm COVID-19 !

Les défenseurs des vaccins tels que Fauci parlent déjà de la nécessité d’injections de rappel et mettent en garde contre l’apparition d’un nouveau "variant X". Les variants seront inépuisables pour justifier des injections à vie !

Comment vont-ils l’identifier celui-là ? Jusqu’à quand les citoyens sains d’esprit vont-ils permettre à cette dissonance cognitive de détruire nos vies ? (Dissonance cognitive est un terme utilisé en psychologie pour désigner ce que ressent une personne vivant deux expériences contradictoires ou une expérience défiant sa logique).

La solution ce serait donc l’exil ! Mais cela devient quasiment impossible avec cette mondialisation apocalyptique. De même un soulèvement populaire avec les risques de tuerie de masse avec en face une armée de robocops à la solde de la Cabale et ses bourreaux. Et notons en passant que gendarmes et flics sont comme par miracle exemptés de vaccin. Tiens donc !

Faudra-t-il en désespoir de cause que les gilets jaunes se vêtissent de rouge ?

On peut rêver !

Là j’ai envie de vous donner à lire la fin du dernier chapitre d’un livre que j’ai écrit il y a déjà 9 ans, jamais publié.
Son titre :

La Cité d’Airain/In silico

Image

"Le maître du monde paraissait abattu et fatigué. Il n’avait plus ce punch et cette force de persuasion. Dans ses yeux de loup, ne brillaient plus les étincelles.


"Arrêtons-là les recherches, il déclara d’un ton autoritaire. Et tenez-vous en à ce que je vous demandais dans ma lettre, à savoir : rendez liberté et fierté à ce peuple !"

- "Et nous qu’allons nous devenir ?", s’inquiéta un des ministres.

- "Faites vos valises et trouvez-vous au plus vite un refuge discret, une île déserte, un pays d’accueil compatissant. Votre devenir est le dernier de mes soucis. Vous vous êtes suffisamment gavés sur le dos de ces malheureux et grâce à mes loyaux services, vous avez remisé dans vos coffres de banques des lagons bleus de quoi survivre pour plusieurs générations !"

Et là, Laurus Shield, furieux, se leva d’un bond, le doigt pointé vers la porte, les yeux pleins de flammes et les murs se mirent à trembler quand il hurla :

"Hors de ma vue, limaces, dictateurs de pacotille, déchets de l’humanité ! Foutez le camp !"

En l’espace de quelques jours, Insilico devint ville morte. Les gens égarés, sans plus aucune structure, abandonnés à eux-mêmes, erraient dans la cité sans plus de repères. Comme des animaux à qui on aurait soudain enlevé colliers étrangleurs et chaines.


Le gouvernement d’Insilico venait de déclarer forfait.

Les ministères furent abandonnés et les archives et documents sans plus attendre, détruits dans d’énormes incinérateurs. Dans la hâte les dirigeants bouclèrent leurs valises, et abandonnèrent leurs postes et leurs riches palais en emportant le strict minimum qui pouvait être encore sauvé. Car le changement de comportement de leur maître Laurus Shield les avait profondément déstabilisés. Quelle mouche l’avait piqué ?

Mais, sans plus aucune protection contre ce peuple en colère qui grondait déjà dans la cité et commençait à les traquer comme des rats et à enfoncer les portes, la panique s’empara d’eux.

Bientôt le soleil se leva par dessus les nuages, qui emportés par une douce brise, laissaient place à un ciel azur d’où descendait la lumière. Sur la place du Palais du Gouverneur, un homme jeune, haranguait la foule de plus en plus nombreuse. Il disait ceci :

"Je suis mon propre maître. Je suis celui qui agit. Je suis celui qui peut changer les choses et créer ma vie comme je l’entends. Je suis ! Et je suis sans peur et sans haine. A nous la libre entreprise appuyée sur l’association volontaire et l’échange, à l’abri de toute tyrannie. C’est la base de notre construction de la liberté dans un monde libre. Créons la Terre Libre ! Apprenons à posséder les fruits de notre labeur et d’en jouir comme bon nous semble et prenons du temps pour promouvoir la liberté. Ensemble imaginons de nouvelles règles faites pour nous et par nous qui excluront et dissuaderont à tout jamais les tyrans et leurs systèmes coercitifs. Peuple d’Insilico, travaillons dès maintenant à retrouver notre véritable identité !"

Le jeune Silver descendit de la tribune d’un pas assuré, digne et calme, suivi de la foule qui l’entourait et l’entrainait vers les portes du Palais du Gouverneur. Les grilles protégées par la garde en place et les militaires, devant lui s’ouvrirent dans des hourras de joie ! Derrière lui, émue, se tenait Roxane, les larmes aux yeux. Sa pensée allait vers celle qui manquait à l’appel ce jour et qui avait su se battre pour eux avec ses petits moyens. Son nom était sur toutes les lèvres.

Bientôt à l’orient des nuages de poussières se levèrent. Des poings levés et des cris et des pleurs. Des milliers de morts parmi ces peuples en révolte, immolés, massacrés, abattus comme des chiens.

Mais bientôt du nord au sud, d’est en ouest, comme une marée, tous se levèrent ensemble, avec force et pour défendre leur liberté, versèrent leur sang.

Des fortunes volatiles comme fumée alors s’évaporèrent. Les places boursières s’effondrèrent, leurs monnaies englouties. Et les rats pathétiques, de toutes parts, avec frénésie, quittèrent le navire, emportant jalousement quelques titres éphémères périmés, pièces ou billets pas plus lourds que du vent.

Laurus Shield, le maitre du monde, s’était effacé, plus personne n’entendit parler de lui. Et mille questions restèrent sans réponse. Un raz de marée humain, le cœur à l’unisson, déferla sur le monde en portant l’espoir à bout de bras.


Insilico avait fait école et devenait un état idéal dirigé par de sages "philosophes rois" qui s’appliquaient à mettre en place les meilleures lois possibles afin d’établir un ordre à l’intérieur duquel chaque citoyen puisse prétendre à une existence libre et juste. Plus rien n’arrêterait désormais cette marche pour la liberté, pour l’honneur et pour la vie."


Source : Médiazone
http://christinedeviersjoncour.com
Illustration CDJ 


Votre réaction?

23
LOVED
0
LOL
0
FUNNY
0
PURE
0
AW
0
BAD!
0
OMG!
1
EEW
0
ANGRY
0 Commentaires