FLASH INFOS ZONE

►Faites un DON pour la création de notre Société Coopérative d'Intérêt Collectif ! Merci ♥ ►Découvrez ZOneFR.com | L'AGORA Numérique Francophone ►Découvrez ZOneTUBE.fr - La plateforme vidéo de la ZOne

Campagne de dons

Amis lecteurs de Médiazone, vous qui nous lisez, qui nous appréciez et diffusez nos articles et les informations que nous publions, vous qui êtes attachés à la liberté et à la vérité, vous avec qui nous partageons les mêmes combats, vous qui nous encouragez chaque jour à continuer la lutte contre les médias de la propagande et de la désinformation, nous avons besoin de vous pour faire grandir ZOneFR et son espace Médiazone. En participant même un peu, vous permettrez au seul réseau social francophone existant, d'être l'alternative aux réseaux américains qui étouffent la parole libre et la censurent massivement. Nous comptons sur votre soutien. Merci.

Je participe

Le journal personnel d'un journaliste "complotiste"

J'ai passé l'âge de vouloir plaire ou déplaire. Je suis dans la dernière ligne droite de mon existence. J'ai des enfants et c'est surtout pour eux que j'écris. Je m'en voudrais de quitter cette vie sans avoir apporté ma pierre à l'édifice de la vérité car lorsque je ne serai plus là, je ne veux pas qu'ils se disent : "Notre père, nous a laissé un monde de merde. Il n'a rien fait alors qu'il aurait du, il est resté inerte et indifférent aux injustices qu'on nous inflige, aux malheurs et aux souffrances qui nous accablent, aux mensonges et aux manipulations dont nous sommes les victimes aujourd'hui."

Publié il y a  4,449 Vues Actualisé il y a 3 mois

Pensées intimes...

L'article coup de gueule que j'avais publié sur cette fausse pandémie sur FB le 8 mars 2020 dernier, au sujet de l’opération terroriste "coronavirus" a généré près de 2500 partages. Par curiosité, j'avais voulu parcourir les commentaires et les réactions pour comprendre l'état d'esprit des gens qui avaient lu cet article.

Si l'immense majorité était en accord avec ce que j'ai écrit, quelques uns sans doute plus "intelligents" que nous autres, y voyaient "une théorie du complot".

Alors je vais vous faire part de ma réflexion personnelle...

Je suis toujours amusé par ce type de réaction primaire car en règle générale elle dénote un esprit obtus, formaté, conditionné pour l'obéissance et la soumission.

Ceux-là ne se posent pas de questions car ils sont persuadés que ce monde est dirigé par des gentils bisounours. Et évidemment, bousculer leurs certitudes les dérangent. Ils ne savent rien, sont souvent plus crétins que la moyenne mais cela ne les empêche pas de crier à la "théorie du complot". Ils sont plus à plaindre qu'à blâmer...

Je me moque complètement qu'on dise de moi que je serais "un journaliste raté" un "complotiste antisémite" ou une "truffe de Palestine". Nous sommes très nombreux à subir ce genre de calomnies et ce chantage permanent pour nous obliger à nous taire. Mais je m'en fous car cela ne m'atteint pas, j'ai ma conscience pour moi. Mon coeur a toujours penché du côté des opprimés, Dieu m'en est témoin.

Je suis un journaliste qui a quitté ce milieu malsain et qui n'a plus aucune ambition d'aucune sorte. Je continue à écrire car je reste un esprit curieux. J'écris parce que le monde m'intéresse, parce que ce monde m'inquiète, parce que je me soucie de mes frères humains car j'ai peur pour eux, parce que je sais par expérience que les médias sont des instruments de manipulation, parce que j'ai envie de vomir à chaque mensonge dont les journalistes du Système nous abreuvent, et surtout parce que j'ai bien compris dans quel monde "les maîtres de ce monde" veulent nous faire vivre. J'écris parce que je suis resté un idéaliste attaché à la vérité et à la justice.

J'ai passé l'âge de vouloir plaire ou déplaire. Je suis dans la dernière ligne droite de mon existence. J'ai des enfants et c'est surtout pour eux que j'écris. Je m'en voudrais de quitter cette vie sans avoir apporté ma pierre à l'édifice de la vérité car lorsque je ne serai plus là, je ne veux pas qu'ils se disent : "Notre père, nous a laissé un monde de merde. Il n'a rien fait alors qu'il aurait du, il est resté inerte et indifférent aux injustices qu'on nous inflige, aux malheurs et aux souffrances qui nous accablent, aux mensonges et aux manipulations dont nous sommes les victimes aujourd'hui."

Et c'est parce que cette idée m'obsède que je prends tous les risques. Le risque d'être tué pour me réduire au silence comme d'autres confrères avant moi, le risque d'être arrêté pour dissidence, pour incitation à la révolte - même si je préconise la désobéissance civile plutôt que la violence, - pour complotisme, pour avoir publié des vérités que le pouvoir nous cache, car faisant le constat du monde que je laisserai derrière moi, si je ne faisais rien pour alerter, informer et protéger ma famille, mes enfants, mes amis, mes frères humains, les gens que j'aime et qui comptent pour moi, même dans ma tombe, ma conscience me torturerait…

Et parce que je suis resté un journaliste "à l'ancienne", libre et indépendant, viscéralement attaché à la Charte de Munich, je veille à ne pas écrire n'importe quoi avant de publier. Mes sources sont fiables et référencées donc vérifiables. Les amis journalistes indépendants avec lesquels je suis en contact et avec qui je partage des informations au quotidien, sont connus pour leur intégrité, leur honnêteté morale mais aussi pour la haute qualité de leurs articles et de leurs enquêtes.  Et parmi eux, certains ont une notoriété mondiale.

Par ailleurs, je ne demande à personne d'adhérer sans réserve à ce que j'écris car je n'exprime que mon point de vue et la synthèse que je fais à partir des informations qui me parviennent.

Je fais confiance à l'intelligence collective et j'encourage chacun à vérifier ce que je dis et à faire preuve d'esprit critique car moi aussi je peux me tromper. Je ne suis pas l'Evangile des journalistes indépendants.

Personne ne me paye pour écrire la vérité comme personne ne me paye pour mentir. J'écris ce que je crois, ce que je sais et ce que ma conscience me dicte. Et si j'ai quitté cette profession que j'aimais, c'est parce que la voix de ma conscience et mon attachement à la vérité ont plus de poids que l'argent ou qu'une superficielle notoriété dont je me fous éperdument..

Je souhaite juste que sur ma tombe, mes enfants n'aient jamais honte de moi et qu'ils puissent se dire: "Ici gît un honnête homme, il a fait ce qu'il a pu pour nous laisser un monde meilleur."


Votre réaction?

58
LOVED
2
LOL
0
FUNNY
0
PURE
0
AW
0
BAD!
1
OMG!
0
EEW
1
ANGRY
2 Commentaires

Je te suis, à 100 %!

Répondre

Bravo. Simplement puissant.

Répondre