FLASH INFOS ZONE

►Faites un DON pour la création de notre Société Coopérative d'Intérêt Collectif ! Merci ♥ ►Découvrez ZOneFR.com | L'AGORA Numérique Francophone ►Découvrez ZOneTUBE.fr - La plateforme vidéo de la ZOne

Le rêve américain est un cauchemar...

Le rêve américain est un cauchemar. Les 50 Américains les plus riches détiennent autant de richesses que la moitié des États-Unis.

Par Bruno Guigue

Publié il y a  1,968 Vues Actualisé il y a 6 mois
Image

Un pays en lambeaux...

Par Bruno Guigue

Comme tout le monde, je brûle de savoir lequel des deux pantins va diriger le merveilleux pays décrit par Chris Hedges :

"Les États-Unis sont l’ombre d’eux-mêmes. Ils dilapident leurs ressources dans un aventurisme militaire futile, symptôme de tous les empires en déclin qui tentent de restaurer par la force une hégémonie perdue. Le Vietnam. L’Afghanistan. L’Irak. Syrie. La Libye. Des dizaines de millions de vies brisées. Des États en faillite. Des fanatiques enragés. Il y a 1,8 milliard de musulmans dans le monde, soit 24 % de la population mondiale, et nous les avons pratiquement tous transformés en ennemis.

Nous accumulons des déficits massifs et négligeons nos infrastructures de base, notamment les réseaux électriques, les routes, les ponts et les transports publics, pour dépenser plus pour notre armée que toutes les autres grandes puissances sur Terre réunies. Nous sommes le plus grand producteur et exportateur d’armes et de munitions au monde.

Les vertus que nous prétendons avoir le droit d’imposer par la force aux autres - droits de l’homme, démocratie, libre marché, État de droit et libertés individuelles - sont bafouées chez nous, où des niveaux grotesques d’inégalité sociale et des programmes d’austérité ont appauvri la plupart des citoyens, détruit les institutions démocratiques, y compris le Congrès, les tribunaux et la presse, et créé des forces militarisées d’occupation interne qui exercent une surveillance générale du public, gèrent le plus grand système carcéral du monde et abattent impunément des citoyens désarmés dans les rues."

Quant au bilan social et à celui de la santé physique comme mentale, c’est la catastrophe.

"La danse macabre est déjà en cours. Des centaines de milliers d’Américains meurent chaque année d’abus d’opiacés, d’alcoolisme et de suicide, ce que les sociologues appellent des morts de désespoir. Ce désespoir alimente des taux élevés d’obésité morbide, environ 40 % de la population, des addictions au jeu, la "pornification" de la société avec l’omniprésence d’images de sadisme sexuel ainsi que la prolifération de milices armées de droite et des fusillades de masse nihilistes. Plus le désespoir augmente, plus ces actes d’auto-immolation se multiplient."

La droite s’arme avec l’encouragement du président sortant ! La guerre civile menace. Mais, aura-t-elle vraiment lieu ? Il pourrait éventuellement se produire de sanglants affrontements incontrôlables. Et puis, il ne faut pas oublier le danger évangélique aussi redoutable que le danger islamiste en Europe.

"Ceux qui sont accablés par le désespoir recherchent un salut magique, qu’il s’agisse de sectes en crise, comme la droite chrétienne, ou de démagogues comme Trump, ou de milices enragées qui voient la violence comme un agent de nettoyage. Tant qu’on laissera ces sombres pathologies s’envenimer et se développer - et le Parti démocrate a clairement indiqué qu’il ne promulguera pas le genre de réformes sociales radicales qui permettront de freiner ces pathologies - les États-Unis poursuivront leur marche vers la désintégration et le bouleversement social. La défaite de Trump de n’arrêtera ni ne ralentira la chute."

Le terrible échec de la santé publique

Enfin, il y a le terrible problème de la santé publique négligée depuis longtemps aux USA. L’Obamacare ayant échoué suite à l’opposition farouche de la classe des milliardaires qui soutient Donald Trump.

"On estime à 300 000 le nombre d’Américains qui seront morts de la pandémie en décembre, chiffre qui devrait passer à 400 000 en janvier. Le sous-emploi et le chômage chroniques, proches de 20 % lorsque ceux qui ont cessé de chercher du travail, ceux qui sont mis à pied sans perspective d’être réembauchés et ceux qui travaillent à temps partiel mais restent en dessous du seuil de pauvreté, sont inclus dans les statistiques officielles au lieu d’être magiquement effacés des listes de chômeurs.

Notre système de soins de santé privatisé, qui réalise des bénéfices records pendant la pandémie, n’est pas conçu pour faire face à une urgence de santé publique. Il est conçu pour maximiser les profits de ses propriétaires. Il y a moins d’un million de lits d’hôpitaux dans le pays, résultat de la tendance à la fusion et à la fermeture d’hôpitaux qui dure depuis des décennies et qui a réduit l’accès aux soins dans les communautés à travers le pays.

Des villes comme Milwaukee ont été contraintes d’ériger des hôpitaux de campagne. Dans des États comme le Mississippi, il n’y a plus de lits en soins d’urgence disponibles. Le service de santé à but lucratif n’a pas stocké les respirateurs, les masques, les tests ou les médicaments pour faire face à la COVID-19. Pourquoi devrait-il le faire ? Ce n’est pas une façon d’augmenter les recettes. Et il n’y a pas de différence substantielle entre la réponse de Trump et celle de Biden à la crise sanitaire, où 1 000 personnes meurent chaque jour.

Quarante-huit pour cent des travailleurs de première ligne n’ont toujours pas droit aux indemnités de maladie. Quelque 43 millions d’Américains ont perdu leur assurance maladie financée par leur employeur. Il y a dix mille faillites par jour, dont peut être deux tiers sont liées à des coûts médicaux exorbitants. Les banques alimentaires sont submergées par des dizaines de milliers de familles désespérées. Environ 10 à 14 millions de ménages locataires, soit 23 à 34 millions de personnes, étaient en retard sur leur loyer en septembre. Cela représente entre 12 et 17 milliards de dollars de loyers impayés. Et ce chiffre devrait passer à 34 milliards de dollars de loyers impayés en janvier. La levée du moratoire sur les expulsions et les saisies signifie que des millions de familles, dont beaucoup sont sans ressources, seront jetées à la rue.

La faim dans les ménages américains a presque triplé entre 2019 et août de cette année, selon le Bureau du recensement et le ministère de l’agriculture. La proportion d’enfants américains qui n’ont pas assez à manger, selon l’étude, est 14 fois plus élevée que l’année dernière. Une étude de l’Université de Columbia a révélé que depuis le mois de mai, huit millions d’Américains supplémentaires peuvent être considérés comme pauvres. Entre-temps, les 50 Américains les plus riches détiennent autant de richesses que la moitié des États-Unis."

Source : Bruno Guigue

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image


Votre réaction?

1
LOVED
0
LOL
0
FUNNY
1
PURE
0
AW
0
BAD!
1
OMG!
1
EEW
3
ANGRY
0 Commentaires