FLASH INFOS ZONE

►Faites un DON pour la création de notre Société Coopérative d'Intérêt Collectif ! Merci ♥ ►Découvrez ZOneFR.com | L'AGORA Numérique Francophone ►Découvrez ZOneTUBE.fr - La plateforme vidéo de la ZOne

Campagne de dons (objectif 100000€)

Amis lecteurs de Médiazone, vous qui nous lisez, qui nous appréciez et diffusez nos articles et les informations que nous publions, vous qui êtes attachés à la liberté et à la vérité, vous avec qui nous partageons les mêmes combats, vous qui nous encouragez chaque jour à continuer la lutte contre les médias de la propagande et de la désinformation, nous avons besoin de vous pour faire grandir ZOneFR et son espace Médiazone. En participant même un peu, vous permettrez au seul réseau social francophone existant, d'être l'alternative aux réseaux américains qui étouffent la parole libre et la censurent massivement. Nous comptons sur votre soutien. Merci.

Je participe

Loges maçonniques, barbouzes et crimes sur commande...

Cette affaire constitue encore une tâche sur ces organisations occultes et confirme que les Français ont raison d'éprouver de la méfiance et souvent de la colère vis à vis des loges maçonniques, véritable anomalie dans une prétendue démocratie où le culte du secret est "répugnant", selon les propres mots du Président John F. Kennedy.

Publié il y a  3,335 Vues Actualisé il y a 4 mois
Image

Cette affaire constitue encore une tâche sur ces organisations occultes et confirme que les Français ont raison d'éprouver de la méfiance et souvent de la colère vis à vis des loges maçonniques, véritable anomalie dans une prétendue démocratie où le culte du secret est "répugnant", selon les propres mots du Président John F. Kennedy.

Les loges maçonniques ont une histoire bien moins transparente que ses membres tendent à le faire croire car derrière les bons sentiments se cachent souvent les crimes les plus abjects, sachant en plus, que celui qui trahit les secrets de sa Loge, se condamne lui-même à être exécuté.

Ces loges maçonniques constituent une grave anomalie dans une société ouverte mais aussi un énorme danger pour la paix civile. Un Etat digne de ce nom ne devrait pas tolérer ces organisations occultes et secrètes.*

Lisez...

Cellule criminelle de barbouzes : une loge franc-maçonne dissoute

Alors que les investigations se poursuivent à une cadence soutenue depuis cet été sur le projet d’assassinat impliquant membres de la DGSE, anciens du contre-espionnage et agents de la sécurité privée, le ménage est en cours dans la loge qu’ils fréquentaient.

Dans l'affaire, sont impliqués des membres de la DGSE, des anciens du contre-espionnage et des agents de la sécurité privée. (Aimée THIRION/Libération)

Vertigineuses ou profondément désolantes, c’est selon : les découvertes de la police judiciaire, chargée par deux juges parisiens de faire depuis l’été 2020 la lumière sur les agissements d’une cellule criminelle réunissant agents de l’Etat dévoyés et freelances œuvrant dans la sécurité privée, s’accumulent. Dans cette officine figureraient des gardes de sécurité de la DGSE, employés sur le site du service Action à Cercottes, ainsi que d’anciens membres de la DGSI passés dans le privé.

Les conditions financières étaient ridicules : autour de 50 000 euros, que les assassins et leurs complices devaient se partager, pour tuer une coach en entreprise sur instruction d’un concurrent.

Les enquêteurs sont toujours en train d’approfondir un contrat destiné à priori à secouer la famille d’une ancienne associée, avec à la clé un incendie de voiture qui dégénère, un autre projet criminel ayant conduit à l’élimination d’un coureur automobile, ainsi que des plans foireux de vente de pierres précieuses ou de trafics d’armes. Les projets criminels étaient évoqués avec la même indifférence que les autres missions…

Les faits remontent au 24 juillet. Les policiers prévenus par un riverain contrôlent deux hommes dans une voiture à Créteil (Val-de-Marne). A l’intérieur du véhicule volé, les agents découvrent des couteaux de l’armée et un sac contenant une arme prête à servir. Les deux occupants sont placés en garde à vue. Ils "semblaient s’apprêter à mettre à exécution un projet criminel au préjudice d’une femme âgée de 54 ans" habitant à proximité, avait précisé le parquet. En l’occurrence, Marie-Hélène Dini, coach en entreprise.

Chaîne de recrutement

Dans le dossier, neuf personnes sont mises en examen, dont quatre militaires des services secrets en activité. Huit dorment sous les verrous. Et l’affaire, qui secoue la DGSE comme le milieu du renseignement privatisé, a également mis en émoi une obédience franc-maçonne : la Grande Loge de l’alliance maçonnique française (GL-AMF).

Créée au printemps 2012 à la faveur d’une scission d’une autre obédience, la GL-AMF compte quelque 15 000 membres et 680 loges en France. Mais l’une d’entre elles n’existe plus depuis le 4 février : Athanor - ainsi s’appelaient au Moyen Age les fourneaux des alchimistes -, installée à Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, a été fermée fissa par le nouveau "grand maître" (le chef) de l’obédience, qui a pris ses fonctions en décembre.

Quatre des membres de cette officine du crime que la justice démantèle actuellement en étaient membres - du moins jusqu’à l’année dernière -, ce qui pourrait selon la justice expliquer la hiérarchie mise en place dans la chaîne de recrutement des éventuels assassins et de leurs complices.

Le commanditaire supposé de la tentative de meurtre de la coach Marie-Hélène Dini avait été en tout cas le "vénérable" d’Athanor, c’est-à-dire son patron, mais "il n’a pas payé sa cotisation depuis un an, donc il n’était plus membre", souligne un ancien responsable.

"Ils y ont comploté"

Doté du matricule 8980 au sein de l’obédience, un autre protagoniste de l’affaire, dont le rôle était selon les enquêteurs celui d’un recruteur, est lui aussi un ex-vénérable de la loge. Il aurait joué un rôle pivot dans l’assassinat du coureur automobile, probablement exécuté à cause de ses dettes, et dans un projet visant un syndicaliste.

Un autre des recruteurs, commandant retraité de la DGSI après avoir effectué son parcours aux renseignements généraux de la Préfecture de police puis de la Direction Centrale des RG, suivait lorsqu’il était en activité le secteur de l’extrême gauche puis le dossier des sectes. Ancien du Grand Orient, il avait finalement rejoint Athanor avec ses comparses, endossant le matricule 12475, au moment de la création de la GL-AMF. Tous ont été suspendus de l’obédience en même temps que la loge a été fermée.

"Ils s’y sont rencontrés, ils y ont comploté, ils ont déshonoré ce qui à la base est une entreprise d’élévation philosophique. Cela démontre qu’aucune institution n’est à l’abri de ceux qui la détournent à leur seul profit - armée, police, sociétés de sécurité", analyse Joseph Cohen-Sabban, avocat de Marie-Hélène Dini, sollicité par Libération.

Dans un communiqué, la GL-AMF rappelle "qu’en tant qu’obédience maçonnique, elle prône le respect strict et absolu de toutes les lois en vigueur dans notre République ainsi que la pratique de toutes les vertus morales et civiques". Les protagonistes de l’affaire sont suspendus, poursuit le communiqué, "jusqu’à ce que la justice établisse la vérité quant aux faits et à la participation de ces membres à cet acte criminel".


A lire aussi : Pourquoi trois militaires de la DGSE ont été mis en examen pour «tentative d'homicide»

Source : Libération
+ Ajout de la rédaction*


Votre réaction?

9
LOVED
0
LOL
1
FUNNY
2
PURE
0
AW
0
BAD!
0
OMG!
0
EEW
5
ANGRY
0 Commentaires